Table ronde : Génération Y

 «  Génération Y : virtuelle, protestataire ou engagée ? »

 

Le 28 mai dernier, La Jeune Chambre Economique de Metz a organisé une table ronde sur le thème de la génération Y, ces jeunes nés entre 1980 et 2000 et qui bousculent les habitudes et les façons de travailler des générations précédentes.

La manifestation s’est déroulée dans le cadre de la semaine des réseaux à l’initiative de la CCI de Moselle. Plus de 80 personnes ont participé à la table ronde «  Génération Y : virtuelle, protestataire ou engagée ? » afin de bouleverser les clichés de cette génération tant stigmatisée au sein de notre Société et ainsi d’échanger avec les intervenants au profil et aux expériences variées.

 

Responsable des ressources humaines, jeune entrepreneur, Docteur en sociologie, jeune salariée, tous ont apporté leur point de vue et ont fait part de leur expérience pour témoigner de l’engagement des jeunes.

Les jeunes intervenants Y, n’ont pas hésité à revendiquer leur appartenance à une génération non pas virtuelle, mais hyper-connectée qui a grandi dans un monde où l’ordinateur personnel, le jeu vidéo et l’internet sont devenus de plus en plus importants et accessibles. Tous ont reconnu que les Y étaient tiraillés entre une certaine impatience,  l’envie du « toujours plus » et celle de la quête de sens, la volonté à revenir vers des valeurs essentielles.

Les participants de la table ronde ont prouvé que la génération Y était aussi une génération qui n’hésite pas, contrairement aux idées reçues, à s’engager dans des structures associatives. L’engagement est alors souvent un moyen de donner du sens à son action et ce d’autant plus qu’il devient difficile à trouver dans les entreprises qui ne sont plus en mesure d’assurer une stabilité à long terme.

Sociologue et Professionnel de l’entreprise ont loué cette jeunesse à l’esprit d’équipe, investie et capable de s’adapter aux changements tout en faisant preuve d’une créativité sans limites. Contrairement aux idées reçus,  ces jeunes trentenaires semblent plus aptes à travailler en équipe que leurs ainés, en entreprise ils reconnaissent avant tout l’autorité de compétence et moins l’autorité hiérarchique. Quant au côté protestataire, il est réel mais davantage illustré par des actions concrètes au quotidien que l’on retrouve par exemple dans le mode de consommation de ces jeunes Y (Commerce équitable…). Nous retiendrons finalement qu’il est bien réducteur de cloisonner cette génération en fonction de leurs dates de naissance et qu’il est plus approprié d’employer le terme culture Y. Et au fond, ces jeunes Y nés dans la crise, le chômage et les catastrophes écologiques ne sont-ils tout simplement pas les enfants de mai 68 ?

Génération Y oblige, le public a pu interagir en direct via une interface twitter. La soirée a été clôturée par un cocktail offert par la Jeune Chambre Economique de Metz.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *